Logo de Bouc-SolAir et article dans la Provence

Si la fin de l’année 2020 a vu naître l’association Bouc-SolAir donc l’objet et l’accompagnement des boucains et de la commune (voir article) dans la transition énergétique, le début de l’année 2021 voit arriver son logo « solaire » :

Logo de Bouc-SolAir

et sa mise en visibilité dans la presse locale comme vous pouvez le lire dans cet article de C. D. paru dans l’édition Pays d’Aix de La Provence le 11 février 2021 :

article1sur2

article2sur2

Bouc-SolAir est née

Bouc-SolAir est née

Le 24 novembre a été publiée au journal officiel la Déclaration à la sous-préfecture d’Aix-en-Provence de création de l’association Bouc-SolAir issue du groupe « énergie de Bouc-en-Transition.

Objet : dynamiser la transition énergétique citoyenne de Bouc-Bel-Air et de ses environs par le biais d’un ensemble de modifications structurelles des réseaux électriques; passer de l’utilisation de ressources énergétiques non renouvelables à des ressources renouvelables dans la production et la consommation d’énergie, tout en veillant à une réduction du gaspillage d’énergie; produire de l’électricité pour les citoyens au voisinage des lieux de production mais également pour les différents secteurs économiques comme le secteur tertiaire; permettre aux citoyens de s’approprier la gestion de leurs consommations, dans une perspective de maîtrise de l’autoconsommation, et avec l’aide et la mise en œuvre de technologies de gestion d’énergie, tout ceci dans l’esprit de l’intérêt général; accomplir toutes opérations se rattachant à la réalisation des objets de l’association.

Pour plus d’informations : utiliser le formulaire de contact

CR réunion Energie 24/09/2020

Etaient présents chez Benoît :
BBA : Samy, Jean-Marie, Benoit, Pierre-Alain ; Simiane : Daniel ; St-Savournin : Christine, Oman

Ont été abordés les points suivants :
– il est préférable de consacrer du temps et de l’énergie dans la mise en place d’une société citoyenne sur un modèle d’autoconsommation collective (et non pas de revente totale).

– il est préférable de mettre ise en place une association. Cette association « énergie » est indispensable à la mise en place d’un projet citoyen, le recherche de subvention… avant le montage d’une société.

(( Remarque de Daniel à cogiter : réunir plusieurs Asso pour en faire qu’une d’une certaine importance, mais ne faudrait-il pas regrouper celles en « relation » avec l’activité vente d’énergie ou économie d’énergie (isolation, diagnostic thermique) afin que l’objet des Statuts de cette nouvelle entitée reste cohérent à l’activité choisie et ne soit pas un fourre-tout vis à vis des institutions partenaires ou participatives. ))

– il faut rencontrer Serenysun pour comprendre leur modèle de grappe en autoconsommation collective et évaluer la plus value de travailler avec eux.

– les batteries virtuelles fonctionnent a priori comme une grappe PV mais à grande échelle (e.g. la vallée du Rhône) avec des productions et des consommations variées entre jour/nuit et été/hiver. Cela coûte approximativement 1euros du kWc installé par mois (e.g. chez Urban Solar Energy) et il faut ajouter la taxe de transport d’environ 4€ HT du Kwh. Cela peut être intéressant pour l’éclairage de la commune ou les fortes consommations hivernales. Points à clarifier : indexation de ces coûts, rentabilité par rapport à revente du surplus + achat électricité à fournisseur durant la nuit/l’hiver…

– nous avons un tableau permettant de présenter un modèle économique à la mairie mais il nous faut pour cela avoir les répartitions jour/nuit mensuels des différents compteurs des bâtiments et élécrage publique). Tous les compteurs de la ville ne sont pas des compteurs Linky !! En effet, 23 compteurs sur les 67 compteurs des bâtiments communaux sont des linky. Pour le fonctionnement d’une installation en autoconsommation collective, il est indispensable que les compteurs soient des Linky afin qu’ENEDIS nous mette à disposition les valeurs des consommations (bâtiments) et des productions (panneaux PV) des éléments de la grappe.

– suivant les conseils d’énergie partagé (https://energie-partagee.org/), il faudrait être une bonne dizaine de personnes pour former un noyau et se faire accompagner (énergie partagée, ENEDIS, Enercoop) pour monter une société citoyenne avec sa municipalité. Ce type de projet demande un investissement régulier de 1 à 2 heures par semaine pendant 1 à 2 ans selon les compétences initiales des membres du groupes. (voir par exemple les formations en ligne suivantes : https://energie-partagee.org/monter- projet/formations/planning-formations ou http://www.centralesvillageoises.fr/)

– la production PV va de paire avec la chasse au gaspillage d’énergie. D’ailleurs Simiane-en-Transition a un sous-groupe du groupe « énergie » qui travaille sur les diagnostics énergétiques de maisons à Simiane et sur la sobriété. Si quelqu’un veut s’emparer de la question sur Bouc, il serait opportun de se rapprocher d’eux (contactez olivier_berg@yahoo.fr) tout comme de Cabriès-Calas qui propose également des atelier « chasse au gaspi » (contacter cabries.en.transition@gmail.com).

Les objectifs à courts termes sont :
1- Un rdv avec Serenysun est prévu le 6/10 pour mieux comprendre ce qu’ils pourraient nous apporter. 2- Voir avec Bouc-en-Transition comment optimiser la mise en place d’une association à gouvernance collégiale afin de passer à la vitesse supérieure dans le projet (Pierre-Alain).

3- Recruter d’autre personnes en en parlant autour de nous (tout le monde).

4- Prendre rendez-vous avec le Maire pour valider son intérêt et celui du conseil municipal à un tel projet et avec le service technique afin de les informer de nos avancées et de l’importance de l’installation de compteurs Linky (a minima sur les bâtiments pouvant accueillir des panneaux solaires et donc auto- consommer une partie de la production) (Pierre-Alain).

5- La prochaine réunion se fera au plus tard dans 15 jours voire plutôt en visio.

Merci aux participants et à Benoît pour l’accueil.

CR réunion énergie 21/01/2020 chez Fritz

Points à retenir :

– la commune dispose de nombreux toits qui pourraient potentiellement accueillir des panneaux photovoltaïques.

– de nombreux communes ont déjà profité de projets citoyens sur les toits des bâtiments municipaux

– 3 possibilités d’installations : revente totale, autoconsommation avec revente du surplus, autoconsommation totale

– et l’autoconsommation peut être individuelle (le bâtiment qui produit consomme sa production – voire revend le surplus) ou collective (le(s) bâtiment(s) qui produi(sen)t n’est(sont) pas le(s) seul(s) qui consomme(nt) à l’aval d’un transformateur haute vers basse tensions)

– un des avantages de l’autoconsommation est qu’elle permettrait plus tard d’associer à l’installation des systèmes de stockage d’énergie aujourd’hui trop coûteux et peu écologiques (voir « Pourquoi investir maintenant dans les panneaux [en autoconsommation] et plus tard pour la batterie ? » https://www.insunwetrust.solar/blog/le-solaire-et-vous/batteries-panneaux-solaires/)

– pour choisir ce que voudrait faire le groupe « énergie » de Bouc-en-Transition, il nous faudrait préciser les modèles économiques de ces 3 possibilités ainsi que leurs avantages et inconvénients

– et il faut que chacun s’en fasse une idée en consultant des retours d’expérience

– en théorie, l’autoconsommation est plus complexe voire nécessite plus de subventions

– cela serait peut-être plus judicieux de commencer par un projet en revente totale (e.g. ombrière)

– ce qui permettrait d’être plus crédible vis-à-vis des potentiels citoyens investisseurs pour des projets plus complexes en taille et/ou en autoconsommation collective

– il faut construire un argumentaire pour rassembler des citoyens afin de former un « noyau dur »

– ce « noyau dur » pourra ensuite être appuyé par Energie Partagée (3 formations de 2 heures pour gagner en autonomie)

– Enedis appuie aussi un projets citoyen une fois qu’une association est mise en place

– Le montage d’une association semble indispensable pour être aidé techniquement et financièrement : merci de faire remonter votre intérêt pour monter une association

Sites à consulter :

– faire des recherches internet sur l’autoconsommation collective dans les actualités

– Stockage plus « propre » que les batteries : http://www.energiestro.fr/ (brevet français)

– carte des postes basse tension d’enedis : https://www.enedis.fr/cartographie-des-reseaux-denedis (l’autoconsommation collective nécessite que panneaux PV et consommateurs soient sous le même transfo Haute/Basse tension)

– Energie Partagée met à disposition un tableau comparatif des budgets d’installations citoyennes (https://energie-partagee.org/)

– Exemples d’autoconsommation collective avec stockage :

Des arguments pour faire de l’autoconsommation plutôt que de la revente totale :

https://www.fournisseurs-electricite.com/guides/prix/kwh-electricite#6kva

https://www.cre.fr/Documents/Deliberations/Proposition/proposition-des-tarifs-reglementes-de-vente-d-electricite3

– voir figure sur les tendances à venir des tarifs : https://www.quelleenergie.fr/magazine/prix-energie/evolution-prix-energie-previsions/

Merci Fritz pour l’accueil…

Cas de la Ville de Lorient

Bonjour à tous et bonne année,

Le cas de Lorient est très intéressant pour nous :

– auto-installation citoyenne avec des employés techniques municipaux qui ont été formés (toits plats accessibles et sécurisés !!)
– installation la moins chère possible- création d’une SAS citoyenne qui loue les panneaux à la mairie
– micro-onduleurs garantie 20 ans- auto-consommation + revente surplus en surdimensionnant les installations- projet de faire une régie photovoltaïque (à voir si cela a abouti) comme sur Rennes

Je vous invite à écouter/lire ces interventions sur l’auto-conso et en particulier celle de Pierre Crépaux de la ville de Lorient :

Puis on se revoit bientôt pour en discuter.

A suivre

Pierre-Alain